Comment passer une bonne journée ?

Qui n’a jamais eu à faire face à des difficultés dans sa vie ? Qui n’a jamais reçu de mauvaises nouvelles, tant sur le plan personnel que professionnel ? Nous y avons été ou nous y serons tous confrontés un jour. La différence tient alors dans la manière d’aborder et de gérer ces obstacles.

D’où viennent nos difficultés à gérer une mauvaise nouvelle ?

Quand une mauvaise nouvelle survient, nos réactions peuvent être inappropriées ou disproportionnées. Mais pourquoi ?

Comprendre nos mécanismes de défense

Le choc de l’annonce d’une mauvaise nouvelle est suivi de réactions inconscientes que notre psychisme met en place pour se protéger et se laisser le temps de  »digérer » ce qui vient de lui tomber dessus. Chacun de nous possède ses mécanismes de protection. Ils dépendent de notre histoire personnelle, des expériences que nous avons déjà vécues, de notre personnalité et du contexte.

La première étape est souvent celle du déni. On a entendu la mauvaise nouvelle mais il est trop dur d’y croire. Ce refus temporaire permet de rejeter la vérité qui semble intolérable.

Ce déni peut aussi être partiel. Certaines personnes semblent comprendre ce qui leur arrive mais ne réagissent pas. Elles intellectualisent et rationnalisent tout mais neutralisent complètement la composante émotionnelle qu’implique la mauvaise nouvelle. Elles se protègent en gardant leurs émotions à distance.

A l’inverse, certaines personnes laissent ressortir leurs émotions sous forme decolère et d’agressivité qu’elles projettent sur les autres.

D’autres encore vont  »déplacer » leur stress en se focalisant sur un détail ou une difficulté complètement autre afin d‘occuper leur esprit à la résolution d’un problème qu’elles peuvent maîtriser plus facilement.

Certains réagissent en se laissant submerger par la mauvaise nouvelle.Complètement passifs, ils se laissent porter (et emporter), régressent parfois, se replient sur eux-mêmes et ne prennent plus aucune initiative.

A l’opposé, d’autres personnes semblent hyperactives. En mouvement constant, elles cherchent à canaliser leur angoisse par des activités incessantes, dirigées ou non sur la gestion de leur problème.

Ces mécanismes de défense sont très variés et ils peuvent aussi évoluer dans le temps ou se superposer les uns aux autres face à une seule situation. Ils sont surtout très importants pour prendre le temps de nous adapter à la mauvaise nouvelle et nous préparer à l’affronter. Il faut les comprendre et les accepter pour gérer au mieux nos difficultés, mais également pour soutenir nos proches dont les réactions nous semblent parfois incompréhensibles face à leurs propres problèmes.

L’impact de notre stress quotidien sur la gestion des mauvaises nouvelles

Le mot stress vient de l’anglais  »tension ». Le stress n’estdonc pas une émotion mais la réaction physiologique de tout notre corps face à un danger ou à ce qu’il perçoit comme tel.

Le stress aigu (ou positif) mobilise nos ressources et nous aide à fournir uneréponse adaptée à une situation difficile. Mais cette réponse immédiate provoque alors des émotions négatives comme la peur ou l’anxiété et, si le stress perdure et devient chronique, il nous épuise. En effet en maintenant cet état de tension, notre corps use notre système cardio-vasculaire et perturbe nos régulations hormonales. Nos défenses diminuent, tant sur le plan physique que psychique, avec un risque accru de maladie ou de dépression.

Emprisonné dans cet état de stress latent, nous avons bien sûr plus de difficultés à gérer notre quotidien ainsi que toute mauvaise nouvelle qui pourrait survenir et nous déséquilibrer encore un peu plus. S’il est important de comprendre et d’accepter nos mécanismes de défense, l’anxiété et le stress qui nous gâchent la vie doivent au contraire être combattus.

Les solutions pour mieux gérer les mauvaises nouvelles

Relaxez-vous !

La première solution est donc de se détendre ! Canaliser ses émotions négatives et les écarter, retrouver la sérénité, la paix intérieure… Facile à dire me direz-vous,mais comment ?

Garder son calme intérieur demande du travail et des efforts. Il faut commencer par prendre le temps de l’introspection. Se comprendre, descendre en soi pour identifier ses émotions et observer ses réactions avec détachement est une première étape. Ensuite c’est à chacun de trouver sa propre méthode, yoga, exercices de respiration profonde, relaxation guidée, hypnose, sophrologie, coaching, psychothérapie ou activités sportives ou culturelles, tout est bon pourvu que la solution choisie nous apporte la parenthèse de bien-être nécessaire pour stopper le quotidien, se ressourcer et préserver son équilibre personnel.

Prenez du temps… et du recul !

Prendre du temps pour soi, c’est aussi parfois prendre quelques minutes le matin avant de commencer sa journée effrénée pour regarder le lever du soleil. Et s’il suffisait de s’octroyer quelques minutes à marcher dans le parc près de chez soi ? La circulation et la respiration s’améliorent, le cerveau s’aère et le fil de la journée s’interrompt.

Chaque pause est aussi le moyen de revenir au présent : plus de passé encombrant avec ses regrets et ses idées noires, plus d’avenir incertain et angoissant. Se concentrer sur le moment présent permet de commencer à relativiser.

Voyez le positif !

La pensée positive est un de vos meilleurs atouts pour distancer le stress quotidien et parvenir à gérer au mieux les mauvaises nouvelles que vous pourriezrencontrer. Nous avons tous la possibilité et la capacité de prendre du recul sur les situations que nous vivons. En parvenant en plus à dégager des émotions heureuses et en gardant une vision positive du monde qui nous entoure, nous laissons de la place dans notre esprit pour y trouver des solutions efficaces. De plus, nous favorisons un climat agréable pour nos proches et nous nous rendons sympathiques aux yeux des autres, ce qui est très précieux pour obtenir de l’aide en cas de coups durs.

Faites entrer le plaisir dans votre vie !

Apprenez à savourer chaque instant ! Là encore il estquestion de temps, mais il s’agit surtout de l’apprécier. Allez à l’essentiel et simplifiez-vous la vie. Inutile d’en vouloir toujours plus. Si nous cessons de nous laisser distraire par les nombreuses sollicitations qui nous entourent, nous pouvons prendre le temps de ralentir et degoûter la joie d’obtenir ce que nous avons désiré ou de partager un moment heureux avec ceux que nous aimons.

Donnez du sens à votre vie

Le Sens est sans doute une quête primordiale pour chacun de nous. Il nous serait impossible de vivre et d’être heureux sans donner un but et une signification à notre existence. Attribuer un sens à nos expériences nous donne l’impression de contrôler le cours des événements et nous protège du stress inévitable qui résulterait d’un sentiment d’impuissance face à notre propre vie.

Les moyens de gérer notre vie sereinement, d’en éliminer tout stress inutile, et d’être préparé aux embûches et mauvaises nouvelles que nous sommes susceptibles de croiser sur notre chemin, tout ce potentiel positif est déjà en nous ! Charge reste à nous de le percevoir au fond de nous et de le faire vivre au quotidien. Authenticité, persévérance, clémence, bonté, maîtrise de soi, humilité, ouverture aux autres, gratitude… les voies sont nombreuses et toutes à notre portée !

Faites preuve de courage et de pensée positive et gardez aussi à l’esprit de ne pas vous laisser abattre ou rebuter par les difficultés, attaquez-vous aux mauvaises nouvelles, elles se révéleront alors toujours moins déstabilisantes que ce que vous redoutiez !

Laisser un commentaire